Après la gériatrie, la pédiatrie en alerte pour cause de symptôme à la maladie Kawasaki. Quel est ce dieu maléfique qui nous fait vivre l’enfer, la peur,… ? Y a-t-il un lien entre le Covid-19 et ces nouveaux cas de symptômes de Kawasaki dont sont victimes des enfants de 8 à 10 ans alors que d’ordinaire Kawasaki affecte les plus juvéniles ? Un traitement existe, ouf, car cette maladie est déjà connue. Quelle coïncidence ? Quelle est encore cette chose ? Juste interrogations que peuvent se poser les parents en cette période rapprochée du déconfinement et du retour à l’école. Mais quel dieu maléfique abat sur nous cette crise sanitaire enrichie d’une crise économique. Un climat anxiogène dont on peine à trouver l’issue pour trouver le nouveau monde tant annoncé.

Si un nouveau monde doit survenir alors la rupture avec l’ancien doit advenir ! « Rupture » tel est le mot utilisé par le président de la République lors de son allocution télévisée du 12 mars 2020. Le mot est une définition d’une chose laquelle découle de la construction d’une réflexion, l’idée. Quelle est donc l’architecture de cette construction, de cette pensée conduisant à l’idée pour que la chose impose la rupture avec le monde dans lequel nous vivons ? Le temps est certainement un élément nécessaire à la chose. « Renaissance » est d’ailleurs l’autre mot utilisé par le président Macron en 2019 pour son projet pour l’Europe ; « Renaissance » le nom donné à la liste des candidats LREM pour les élections européennes de 2019.

« La Renaissance » R majuscule au singulier, période historique, a été effectivement une rupture avec l’ancien monde d’alors. Mais quel long processus l’y a mené. Restons en cette période historique de « La Renaissance » quand la peste s’invitait sur le vieux continent par le commerce maritime dont les bateaux avançaient à la force des esclaves noirs. Jean de La Fontaine écrivait alors « Les Animaux malades de la peste » dont les dernières lignes sont « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vont rendront blanc ou noir ». Je vous laisse méditer sur la morale de cette fable.

Dans cette période actuelle, d’angoisses, d’incertitude du futur, l’Etat, l’Europe, sont plus qu’attendus par les gens, les citoyens affectés par cette épidémie du Covid-19. Un temps, une période propice à la construction de ce nouveau monde ? Et jusqu’où ? Un temps imposé par l’arrêt de l’économie réelle et peut-être un temps bénéfique à la réflexion de soi, en tant qu’individu, bien sûr. Un temps où les choses…. « Le temps est père de la vérité », écrivait Rabelais.

C.Gros

Share This
[ga-optout text="Disable Google Analytics"]